Protections ignifuges

1. Classement au feu

a

Il existe différentes normes pour classer la réaction des matériaux au feu selon les pays.
La norme AEAI pour la Suisse, M pour la France et la Belgique, B pour l’Allemagne (quasiment équivalente à la norme française) et Euroclasse pour l’Europe, qui tend à uniformiser.

Comportement au feuEuroclasseAEAIM
IncombustibleA16Mo
Quasi incombustibleA26qM1
Difficilement combustibleB5 (200°C)M2
Moyennement combustibleC5M3
Légèrement combustibleD4M4
Facilement combustibleE3 
Non-classé (extrêmement comb.)F  

Pour les normes AEAI et Euroclasse de A2 à D, il existent des indices supplémentaires pour caractériser la production de fumée.

Dégagement de fuméeEuroclasseAEAI
Forte : Absorption max. de lumière de plus de 90%s31
Moyenne : Absorption max. de lumière de 50% à 90%s22
Faible : Absorption max. de lumière de 0% à 50%s13

De plus, Euroclasse caractérise aussi la formation de gouttes en fusion / chute d’éléments incandescents par un indice supplémentaire « d » (drop).

d0 : pas de formation de gouttes en fusion/chute d’éléments incandescents
d1 : formation momentanée de gouttes en fusion/chute d’éléments incandescents
d2 : formation constante de gouttes en fusion/chute d’éléments incandescents

Exemples :
• A1 = 6.3 = M0
• A2 – s1.d0 = 6q.3 = M1

Enfin, les matériaux dits « ignifuges » sont caractérisés par leur durée de résistance au feu,
simplement par le temps avant détérioration de la face non-exposée au feu (30, 60, 90, 120, jusqu’à 240 minutes).

2. Protections diverses

L’adjonction de produits « retardateurs de feu » permet d’améliorer le comportement au feu de matériaux non-ignifuges

en retardant la combustion, en diminuant la température de la face protégée et en améliorant la conservation des propriétés mécaniques sous l’effet de la chaleur.

Certains produits peuvent rendre des matériaux ignifuges en changeant leur structure moléculaire en surface. Lorsque cette réaction se produit, le matériel devient résistant au feu. Certains produits retardataires de flammes procurent une résistance au feu de type <<A>>, s’ils ont été appliqués correctement.

a) Solution à vaporiser
La société PROTECT FLAM propose HYDROFLAM, solution à vaporiser sur le bois et le textile. Il existe en spray domestique ou en bidon de solution pour faire tremper, mais aussi des tissus déjà vaporisés pour les matelas, fauteuils, etc. .
b) Mélange préparé à projeter
La société Isolation Air-Plus propose l’isolant ignifuge HIBAR, composé de fibre minérale et d’un agent liant à base de ciment pré-mélangé en usine. Projeté par des tuyaux pneumatiques, HiBAR est mouillé à sa sortie par des buses intégrées dans un pistolet à eau.
En appliquant une couche de 35mm sur des structures métalliques ou en béton, poutres, treillis, murs et hourdis sont protégés « A1 - 120»,
c’est-à-dire incombustibles pendant 2h sous l’action des flammes. La protection du bois est tout aussi efficace à condition d’appliquer une couche de 52mm.
De part sa structure et sa densité, il est non seulement un bon isolant thermique mais aussi un isolant acoustique efficace.
La société Eurisol propose ROKISOL, qui, lui, est exempt de fibre minérales, mais est composé de vermiculite et/ ou de perlite exfoliée (Roche basaltique concassée finement qui est expansée dans des fours) et d’agents liants organiques. Garantie sans amiante, la charge minérale expansée est, lui aussi projeté, un bon isolant thermique, acoustique et ignifuge.
En appliquant un couche de 10mm, on protège déjà les structures béton au minimum « A1 – 90 ». Pour la protection du bois, on a une résistance au feu CF 60 avec 15mm et jusqu’à CF 240 avec une épaisseur minimale de 55mm.
c) Retardateur de flammes
La société Innov Protect propose Flam Stop I qui s’applique comme une peinture transparente qui pénètre dans les fibres. Ce produit permet donc d’obtenir un indice de réaction au feu « B » pour le textile, le bois, les meubles, le papier ou encore les revêtements muraux. Ainsi protégé, à la surface du matériaux imprégné, une flamme s’éteint endéans les 2 secondes.
d) Peinture intumescente
Il existe des peintures, appliquées au pistolet, au pinceau ou au rouleau, qui sont thermoplastiques : elles gonflent sous l'action de la chaleur pour former une mousse microporeuse isolante appelée « meringue ». Elle protège les supports des flammes, limite la propagation de l'incendie et retarde l'élévation de la température des matériaux. La mousse contenant des nombreux hydrates, de la vapeur est libérée sous la chaleur, ce qui procure un effet de refroidissement au début de l’incendie.
Ce procédé permet une protection de classe « A2» jusqu'à 30 minutes sur des structures métalliques et des tuyaux plastiques. Le principal avantage des peintures intumescentes est qu’elles ne modifient pas les dimensions extérieures des structures métalliques et permettent de conserver l'ossature sans augmentation notable de son poids.
e) Scellement ignifuges
Afin de ne pas créer de discontinuité dans les structures ignifuges, lors du passage de tuyaux au travers d’un mur, ou de la liaison plafond-mur par exemple, il est nécessaire d’utiliser un produit permettant un scellement, une obturation ou un colmatage complet, sans fissures ni trous. Pour ce faire, l’utilisation d’une mousse PUR résistant au feu dont l’expansion procure un joint étanche jusqu’à 120 minutes (Produit Touch ‘n Seal « Gun Foam II ») .

3. Sources

http://www.eurisol.eu

http://www.conrad.fr

http://www.exolit.com/

http://www.innovprotect.com

http://www.isolation-airplus.com/produits/peinture-intumescente/

Morelle Serge de l'entreprise de construction générale Peiffer-Morelle.

Marc Heynen indépendant en travaux de Toiture.

4. Commentaires

Complet!