Auteur: Marcellin Woumene Maffo

1.  Généralités

Le bois est un matériau particulier dont les propriétés varient en fonction de différents facteurs. Les arbres étant des êtres naturels, vivants et très diversifiés, les propriétés du bois varient selon le type d’essence, les conditions de croissance et le taux d’humidité. Le bois est considéré comme étant un matériau anisotrope, c’est-à-dire que ses propriétés varient selon les différentes directions. L’aptitude que possède le bois à absorber l’humidité (hygroscopicité) est une caractéristique majeure qui vise ce matériau. Lorsqu’il varie, le taux d’humidité provoque des changements dimensionnels du matériau retrait.

2.  L'hygroscopicité

2.1  Définition

L’hygroscopicité est l’aptitude du bois à absorber l’humidité de l’air. Cette propriété dépend de 3 facteurs essentiels qui sont :

  • son essence
  • le lieu et conditions de croissance
  • la partie de l’arbre concernée

2.2  L'eau dans le bois

Le bois est constitué des cellules tubulaires empilées, que l’on peut schématiquement se représenter comme des « tubes » creux carrés empilés. Ces cellules dans l’arbre vivant contiennent une certaine quantité d’eau localisée dans différentes parties, il convient de distinguer: l'eau libre, l'eau liée représentées sur la figure ci-aprés et l'eau de constitution.

Eau libre et eau liée

L'eau libre ou intracellulaire remplit les vaisseaux, les vides cellulaires intérieurs des fibres par exemple. Cette eau n'influe d'ailleurs pas sur les propriétés du bois si ce n'est sur sa densité. Nous trouvons une forte quantité d'eau libre dans les bois contenant par exemple 40% (sur bois sec).

L'eau liée ou eau d’imprégnation, c'est l'eau qui entre dans la composition des fibres. C'est celle qui provoque le retrait lors du séchage. Pour notre éponge, il s'agit de l'eau qui est contenue dans la matière mais que nous ne pouvons pas essorer. Lors du séchage, c'est l'eau qui est retirée (entre 30 % et 0 % d'humidité): c'est donc elle qui provoque le retrait.

L'eau de constitution, c'est l'eau qui entre dans la composition chimique des molécules du bois. Son élimination entraîne la destruction du bois par le feu par exemple.

2.3  Les états caractéristiques

Les deux états caractéristiques du bois sont:

  • Le point de saturation

Les parois ne peuvent être imprégnées que par une certaine quantité d’eau. Quand elles sont complètement imprégnées, ont dit qu’elles sont saturées, ou Que l’on a atteint le : point de saturation.

  • Le bois anhydride

Un morceau de bois qui n’a ni eau libre ni eau de saturation est un : bois anhydride. Pour obtenir un échantillon de bois anhydre : Sécher un échantillon à 105°C (sels pour absorber l’humidité de l’air) jusqu’à ce que son poids ne varie plus.

Ces deux états nous permettent ainsi de définir le taux d'humidité.

2.4  Le taux d'humidité

C’est la teneur en eau du bois. On l’exprime par la formule:

   H % =       Poids (eau libre + eau de saturation)   x100
                           Poids anhydride

qui peut encore s'écrire:

   H % =  Ph - Pa x 100
              Pa

où Ph est le poids d'un échantillon humide

Pa le poids du même échantillon anhydre

On constate donc que ce taux d'humidité peut dépasser 100% s'il y'a plus d'eau que de matière bois. C'est le car de certais peuplier (250 à 200%)et du sapin (160 à 140%) pour n’en citer que ceux là.

3.  La rétractabilité

3.1  Evacuation de l'eau

Les vides cellulaires d'un bois vert sont remplis d'eau libre. Elle s'évacuera progressivement par évaporation, sans que le bois ne subisse de retrait ou de déformation : c'est la phase dite de "ressuyage". Lorsque l'eau libre a atteint le point de saturation qui est de l'ordre de 30 % pour toutes les essences( voir figure ci-après), il ne reste plus que l'eau liée qui imprègne les membranes des cellules. Lorsque cette dernière s'échappe, les parois des cellules s'amincissent et entrainent le retrait du bois.

3.2  Le retrait

Le changement d’humidité du bois entre l’état anhydride (0%) et le point de saturation des fibres (30%) provoque des variations de volume et de dimension. Ces variations se produisent dans les trois directions principales : axiale, radiale et tangentielle ; on dit que le bois travaille ou qu’il y a jeu. Le bois étant anisotrope, le retrait va virier selon les directions.

1° - Dans le sens de l'axe de l'arbre le retrait est pratiquement négligeable.

2° - Dans le sens radial il est beaucoup plus important, atteignant jusqu'à 5 ou 6 % de la largeur des planches ou plateaux.

3° - Dans le sens tangentiel enfin le retrait peut atteindre 3 fois la valeur du retrait radial.

Retrait directionnel du bois

4.  Bibliographie

[.http://passion.bois.free.fr/le%20materiau%20bois/prorietes%20physiques/proprietes%20physiques.htm ] [http://www.crit.archi.fr/Web%20Folder/bois/Bois/3.Caracteres/Page1.html] [http://www.cecobois.com/index.php?option=com_content&view=article&id=182&Itemid=144] [http://coursenbois.free.fr/pages/savoirs_associes/S1MATERIAUX/retrait_du_bois.pdf]

5.  Commentaires

  • Belle présentation mais tu pourrais peut-être ajouter l'image montrant le bois rétracté comme tu l'avais fait pour la présentation power point! (tw)

Rép:tu as raison avec cette image mon travail aurait été plus complet, malheureusement je n'ai pas réussi à la convertir en jpg !

  • J'ai corrigé certaines fautes d'orthographe, j'ai rajouté des ponctuations à certains endroits. Il y a juste le point 2.2 qui n'est pas très clair... sinon c'est bien structuré... (jvo)
  • Bien aéré, agréable à lire... rien à dire (cc)