1.  Introduction : Un petit bout d'histoire.

Avant de parler de la production proprement dite, je vais vous exposer quelques dates importantes dans l'histoire du caoutchouc.
L'histoire du caoutchouc débute bien avant la fin du XVe siècle. En effet, ce sont les Européens qui tentèrent les premiers de comprendre cette drôle de matière. Les Espagnols découvrirent le caoutchouc à la suite des grandes découvertes et après avoir colonisé certains pays de l'Amérique centrale et de l'Amérique du Sud, où certains autochtones l'utilisait déjà.
En 1770, Joseph Priestley découvrit que l'on pouvait effacer certaines traces d'encre en frottant du caoutchouc. C'est cette découverte qui donna naissance aux premières gommes que nous connaissons aujourd'hui.
Un peu plus tard, en 1790, Samuel Peal fit une découverte révolutionnaire : l'imperméabilisation des tissus! En effet, il se rendit compte qu'en mélangeant de la térébenthine et du caoutchouc et puis en trempant les tissus dans cette substance, ils devenaient imperméable.
En 1853, les premières bottes en caoutchouc voient le jour en Amérique puis dans le monde entier.
1870 fut l'année d'apparition des premiers préservatifs à base de caoutchouc.
En 1888, John Boyd Dunlop dépose un brevet qui sera à la base des tout premiers pneumatiques à valves.
En 1892, les frères Michelin inventent les premiers pneus pouvant être démontés pour les vélos et les automobiles.


Pneus modernes

1909 vit la première synthèse du caoutchouc.
A l'aube de la seconde guerre mondiale, les recherches sur le caoutchouc synthétique s'amplifient car l'Extrême-Orient et d'autres pays exportateurs de caoutchouc naturel cessèrent tout échange avec des pays comme les Etats-Unis, qui ont donc été forcés de trouver une autre solution pour obtenir du caoutchouc.
Depuis le début des recherches sur le caoutchouc synthétique, le pourcentage de la répartition de sa consommation mondiale a énormément grandi, au détriment de la consommation du caoutchouc naturel, pour arriver en 2005 avec:

Caoutchouc synthétique : : caoutchouc naturel.

De nos jours, les applications sont beaucoup plus variées. On retrouve le caoutchouc aussi bien dans le milieu de l'industrie que dans le milieu de la médecine, ... Comme nous le verrons dans la suite de cet exposé.

2.  Production du caoutchouc naturel.

Le caoutchouc naturel provient de la coagulation du latex. Ce latex est obtenu par récupération d'un liquide secrété par plusieurs plantes, et principalement l'hévéa (Hevea brasiliensis), originaire d'Amazonie. Sa culture a été répandue dans toutes les régions tropicales, notamment dans le sud-est asiatique ainsi qu'en Afrique. Elle s’étend sur environ 8,3 millions d’hectares.


Hévéa

Pour récolter le latex, il existe une technique bien spécifique : à l'aide d'un couteau spécial, on pratique une saignée oblique dans l'écorce du tronc afin de couper les vaisseaux spécifiques de l'arbre, que l'on appelle les laticifères, et qui contiennent le latex. Le contenu de ces laticifères glisse le long de la saignée et atterrit dans un récipient préalablement installé pour récolter le latex. Lorsque la saignée ne donne plus de latex, on en refait une un peu plus bas dans le tronc et ainsi de suite.
Il faut faire attention à ne pas confondre latex et sève! En effet, ils coulent tout les deux dans des vaisseaux de l'arbre mais ils ont deux rôles bien distincts. La sève assure la distribution de l'eau, des sels minéraux, ... depuis les racines jusque dans les feuilles. Alors que le latex aide au mécanisme naturel de défense de l'arbre.


Exemple de saignée

Le latex recueilli est ensuite filtré, dilué à l'eau et traité avec un acide pour faire coaguler les particules de caoutchouc en suspension. Ce caoutchouc est ensuite pressuré entre deux rouleaux, par exemple pour obtenir des plaques de caoutchouc compactes qui seront par la suite plus faciles à transporter vers les diffèrents lieux de transformation du caoutchouc. Ces plaques seront d'abord mises à sécher avant de pouvoir subir toutes les transformations pour arriver au produit final.
Un arbre fournit environ 4 kilos de latex par an et vit normalement 100 ans ou plus.

3.  Production du caoutchouc synthétique.

Le terme caoutchouc synthétique englobe tout les composés artificiels et semblables au caoutchouc naturel du point de vue de ses propriétés chimiques et physiques, bien qu'ils diffèrent souvent dans leurs utilisations respectives.
Ces caoutchoucs synthétiques sont en réalité des élastomères. C'est à dire des macromolécules produites par polymérisation et dont le comportement est visco-élastique.
Un des caoutchoucs synthétiques le plus utilisé est un copolymère Styrène-Butadiène comportant 15% molaires de styrène (SBR = Styrene-Butadiene Rubber).


SBR

4.  Vulcanisation.

Comme les caoutchoucs devenaient cassant par temps froid et collants par temps chaud, il fallait trouver une solution pour produire un meilleur caoutchouc plus résistant. De plus, il y avait un phénomène de fluage qui apparaissait. Pour expliquer ce phénomène, prenons l'exemple d'une bille en caoutchouc que l'on pose sur une surface plane. Après quelques temps, cette bille ne sera plus sphérique car elle se sera affaissée. Charles Goodyear démontra donc en 1839 que la cuisson du caoutchouc en présence de soufre supprimait les propriétés indésirables du caoutchouc.


Autoclave pour la vulcanisation du caoutchouc (cuisson)

Tuyaux après vulcanisation à la sortie de l'autoclave

5.  Zone de production.

Un des pays les plus gros producteurs de caoutchouc naturel (hévéa) est la Thaïlande, avec pas moins d'un tiers de la production mondiale.
Vient ensuite l'Indonésie avec 25% et la Malaisie avec 13%.
Ensuite, se trouve l'Inde avec une part de la production mondiale de 8%, suivie par le Vietnam et la Chine avec 5% chacun.

6.  Sources.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Caoutchouc_%28mat%C3%A9riau%29

http://www.narviflex.be/frans/transport_rubber/HistoiredeCaoutchouc.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Latex_%28mat%C3%A9riau%29

http://www.techniques-ingenieur.fr/book/k380/caracteristiques-des-elastomeres.html